Filmer une oeuvre artistique

LOGO AMF mediumCINÉ’ ART

En partenariat avec la médiathèque Emile Zola, les Amis du musée Fabre proposent :

un mardi par mois, à 18 heures, à la médiathèque Emile Zola, projection d’un film sur un artiste, un mouvement, une période...Il s'agira d'un film court pour avoir le temps de l'étude et de la discussion, qui mettra l'accent sur les questions de la création artistique.

Ces séances sont gratuites et ouvertes à tous publics dans la mesure des places disponibles.

Prochaines projections (fin 2015) :

- Mardi 17 novembre 2015 : Niki de Saint Phalle

- Mardi 8 décembre 18H - Grand auditorium

 PROJECTION DU DOCUMENTAIRE ET COURT MÉTRAGE LES STATUES MEURENT AUSSI (ALAIN RESNAIS ET CHRIS MARKER, 1953, 30 MIN.)

Nouveauté de cette saison culturelle, les Amis du Musée Fabre, en partenariat avec la médiathèque centrale Emile Zola, proposent au grand public de découvrir une fois par mois des films, fictions ou documentaires, qui questionnent la création artistique. La projection du documentaire et court métrage français Les Statues meurent aussi est la troisième soirée de ce cycle « Ciné’Art ».

Les statues meurent aussiDe 1952 à 1953, Alain Resnais et Chris Marker tournent un film documentaire sur l’Art nègre dans un contexte où la décolonisation semble inéluctable. Il s’agit d’une commande.

Les deux auteurs répondent à la demande du collectif «Présence africaine» patronné par Alioune Diop et animé notamment par des intellectuels comme Aimé Césaire, Price Mars, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright ou Jean-Paul Sartre qui veulent offrir à la palabre africaine un espace de discussions où se rencontrent les figures les plus marquantes du monde noir de l’après-guerre.
Le sujet des
Statues meurent aussi, c’est la mise à nu des mécanismes d’oppression et d’acculturation, l’impossible dialogue culturel dans le contexte de la colonisation, le développement d’un art de bazar parce que le Blanc est acheteur, l’idée qu’il n’y a pas de rupture entre la civilisation africaine et la civilisation occidentale.

La commission de contrôle refuse au film son visa, du fait du discours anticolonialiste explicitement véhiculé dans le documentaire. Au bout de 10 ans, une copie tronquée du film sort toutefois sur les écrans.

À l’arrivée, une exploration passionnée de l’art « nègre » et une dénonciation virulente des méfaits du colonialisme. La question posée reste d’actualité, pour ce qui concerne le Louvre, mais aura contribué à voir naître le musée du Quai Branly.

 

Calendrier des projections CINE-ART  2015-2016

 téléchargement Rencontres Novembre/Décembre de la Mediathèque E. Zola